Aller au contenu principal

11 astuces pour le parfait #selfie

07/04/2014

Les ‘selfies’, ces ego-portraits pris avec la retro-caméra d’un smartphone, sont à la mode même parmi les hommes politiques qui découvrent de nouvelles façons de communiquer avec leur public. Il ne serait pas étonnant de voir la traditionnelle photo de famille lors de sommets internationaux remplacée par un selfie de groupe.

Mais la prise d’un bon selfie nécessite un peu de dextérité. Voici 11 astuces pour l’ego-portrait parfait.

1) Regardez la caméra et non pas l’écran
Les débutants du selfie ont tendance à regarder l’écran du téléphone au lieu de fixer la caméra du smartphone.

L’ancien Premier ministre français @JeanMarcAyrault prenant un selfie avec l’ancienne ministre @CecileDuflot

2) Attention à vos doigts
La retro-caméra est près du bord du téléphone et il faut une certaine dextérité pour pointer et tirer sans que votre pouce soit dans l’image.

Le selfie du ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt @CBildt

3) Plus on est nombreux, plus on est fous
Ne soyez pas être égoïste. Essayez d’inclure le maximum de personnes dans l’image que possible. Pour ce faire, maintenez la caméra au-dessus de votre tête tout en crânant pour rester dans le champ. Plus il y a du monde dans l’image, plus grand sont les chances que le cliché soit partagé sur les réseaux sociaux.

Le selfie de groupe du ministre finlandais des Affaires européennes @AlexStubb

4) Nettoyez l’objectif et ne tremblez pas
Assurez-vous que votre objectif est propre. Evitez de bouger votre téléphone pour éviter les photos floues. Ne prenez pas de selfie du bas vers le haut qui ne sont que rarement attrayant.

5) Montrez d’autres parties de votre corps
Une fois que l’on a vu votre tête, pensez à exhiber d’autres parties de votre corps. Pour le ministre finlandais des Affaires Européennes c’est souvent le pied.

Les chaussures du ministre finlandais des Affaires européennes @AlexStubb

6) Partager le selfie avec votre communauté
Si vous ne partagez pas le selfie publiquement cela reste un vulgaire autoportrait. Le plus ennuyeux avec le selfie de Barack Obama, David Cameron et Helle Thorning-Schmidt lors fes funérailles de Nelson Mandela c’est qu’il n’a jamais été publié et il se trouve encore aujourd’hui dans l’iPhone du Premier ministre danois.

Le selfie de Barack Obama, David Cameron et Helle Thorning-Schmidt lors des funerailles de Nelson Mandela via @AFP

7) Vous n’êtes pas le seul centre d’attraction.
Aujourd’hui les spectateurs ont tendance à regarder un événement par le biais de leur smartphone plutôt que de vous regarder directement, même si vous leur serrez la main. Attendez-vous à plus de gens qui vous tournent le dos pour saisir l’instant sur ​​leurs smartphones. Regardez toujours la caméra.

@_MissStoner prends un selfie avec le président français François Hollande

8) Méfiez-vous des intrus
La prise d’un selfie attire beaucoup d’attention des gens autour de vous. Contrôlez qui apparaît dans votre image et méfiez-vous des intrus anonymes qui peuvent faire exploser votre photo, appelé en anglais le ‘photobombing’

Le premier selfie avec le président tunisien @Moncef_Marzouki avec une personne non-identifiée au centre

9) Prenez-en deux
Il est préférable de prendre plusieurs clichés et d’en poster que le meilleur.

Deuxième «premier» selfie avec le président tunisien @Moncef_Marzouki

10) Utilisez un miroir
L’utilisaton d’un miroir pour prendre l’autoportrait se fait depuis des décennies et permet de mieux cadrer votre autoportrait.

Le selfie dans un miroir de l'ancien Secrétaire d'état américain Colin Powell prise il y a 60 ans

Le selfie dans un miroir de l’ancien Secrétaire d’état américain Colin Powell prise il y a 60 ans

11) Ne publiez jamais un selfie que vous pourriez regretter un jour
Même si vous «essayer de ne pas vous prendre trop au sérieux», évitez de publier des selfies qui pourraient revenir un jour vous hanter.

Le selfie fun du ministre finlandais des Affaires européennes @AlexStubb

Billet paru le 7 avril 2014 dans le Blog de Bilan.

L’égoportrait de Davos

27/01/2014

@RichardQuest Davos Selfies 2

L’image que l’on retiendra peut-être du Forum Economique Mondial 2014 est celle du « selfie », l’autoportrait partagé sur les réseaux sociaux, justement appelé « égoportrait » au Québec.

Le présentateur vedette de CNN, Richard Quest en a même fait une compétition cette année à Davos : il a ainsi posté 18 « égoportraits » avec ses invités dont notamment Ban Ki-Moon, Bono, Tony Blair, Christine Lagarde, le ministre finnois Alex Stubb, le Cardinal Turkson, la Reine Mathilde de Belgique et bien d’autres. 

Son collègue suisse, Darius Rochebin, a totalisé quatre « selfies » dont un avec le sénateur américain John McCain. Liz Claman de Fox News n’a pas pu s’empêcher de prendre un « selfie » avec Randi Zuckerberg, la sœur du fondateur de Facebook, pendant le traditionnel dîner du shabbat en plus des photos avec tous ses invités. Francine Lacqua, présentatrice vedette de Bloomberg a posté un « selfie » avec le chanteur Psy qui dit-elle « adore mes blagues ».

Les politiques n’ont pas été en reste. La commissaire européenne, Neelie Kroes a ainsi posté un « selfie » avec Brad Smith, le vice-président de Microsoft en ajoutant : « Je ne l’aurais jamais cru si vous me l’aviez prédit il y a 10 ans. :) » Philippe Jennings, leader de la fédération syndicale internationale UNI Global Union, a été surpris en prenant une photo de l’éditorialiste du New York Times, Tom Friedman, sous l’œil bienveillant de Lawrence Summers, l’ancien secrétaire d’état au trésor américain. La scène, immortalisée par une journaliste autrichienne, est emblématique pour l’engouement des participants de Davos pour les photos de leurs activités. Le gouverneur du Texas Rick Perry a tweeté une dizaine de photos de groupe à chaque rencontre et le staff de Pierre Moscovici n’a pas manqué de photographier ses interventions sur les plateaux télé.

Pendant les quatre jours de Davos plus de 10,000 clichés ont été rassemblés sur Sharypic, une plateforme qui agrège automatiquement toutes les photos taguées #WEF14 et #Davos. Les photos les plus partagées ont été la page vierge pour Anna Botella, la maire de Madrid, dans le livret des participants de Davos, ainsi que le cliché des avions iranien et israélien côte à côte sur le tarmac de l’aéroport de Zurich.

Notons enfin que le Forum a partagé une centaine de photos des coulisses sur son compte Instagram. Les meilleures photos prise par les photographes officiels ont également été distribuées sur un compte Twitter spécial.

Notre prix de la meilleure photo de Davos va à Shimon Peres, le président d’Israël, pensif dans l’hélicoptère qui l’amène à Davos.

Le staff du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a également tweeté une photo de Ban Ki-Moon travaillant dans l’hélicoptère.

Et enfin une mention spécial pour Laurent Lamothe, le ministre haïtien des Affaires Etrangères qui remercie le Forum avec un autoportrait pris dans le centre des Congrès de Davos.

 

Voici le mur d’images de Davos sur Sharypic.

Billet initialement paru dans le blog de Bilan le 27 janvier 2014

Twitter n’est pas pour les riches

04/12/2013

La semaine dernière, Bilan a publié sa liste annuelle des 300 plus riches en Suisse. Nous avons voulu savoir si les plus riches étaient aussi riches et influents sur Twitter. Non sans surprise, les riches font profil bas sur le réseau social : seuls 11 des 300 personnes ont un compte Twitter actif et officiel.

L’écrivain @PauloCoelho caracole en tête du classement. Depuis quelques années, il est également multimillionnaire sur Twitter avec plus de 8,7 millions d’abonnés, ce qui le place au 84ème rang mondial. Paulo Coelho est aussi l’une des rares célébrités à gérer personnellement son compte Twitter. Ainsi, il n’a pas hésité à commenter la soirée des 300 plus riches par Bilan :

@luefkens hello Matthias. I know they were publishing something. Is it already out? Warm regards

— Paulo Coelho (@paulocoelho) November 28, 2013

@RogerFederer est en deuxième position avec 1,122,549 d’abonnés, loin devant la chanteuse country canadienne @ShaniaTwain (337,438 abonnés). Le pilote de formule 1 Kimi Räikkönen (@K_RaikkonenF1), le chanteur Phil Collins (@PhilCollinsFeed) et la chanteuse Tina Turner (@Official_Tina1) ferment le top six des célébrités. A noter que les deux derniers ne sont guère actifs sur Twitter.

Les autres riches semblent bouder le réseau social. Très peu d’entrepreneurs traditionnels ont un profil Twitter, et les quelques entrepreneurs qui ont un compte ont à peine quelques centaines d’abonnés. A noter la bonne performance de Jean-Claude Biver (@JCBiver), le président de Hublot avec 4,040 abonnés, loin devant Charles-Henri Sabet (@CharlesSabet, 1,489) patron de la plateforme JFX.com, le président du FC Sion Christian Constantin (@ChConstantin, 657), @PatrickDelarive (474), chroniqueur chez Bilan et promoteur du chanteur Bastian Baker, et Martin @Saidler (351), investisseur dans les logiciels d’e-banking.

La plupart des riches semblent dédaigner Twitter à tel point qu’ils n’ont même pas enregistré leur nom sur Twitter. Vous risquez une usurpation d’identité si vous ne réservez pas votre nom. Ainsi, il faut mentionner les faux comptes de @Josef_Ackermann, Daniel @Vasellad et @JorgeLemann, le propriétaire de Burger King et du Ketchup Heinz.

Faux profil Twitter de @JorgeLemann, propriétaire de Burger King

Quoiqu’ils fassent, il est essentiel de bien briefer et former un riche avant de le lâcher sur Twitter, et cela pour éviter qu’il partage tout, tel @DanielHechterCH, fondateur de la marque de vêtements éponyme, qui a récemment publié son numéro de portable dans un tweet public.

Ce papier a été initialement publié le 4 décembre 2013 dans le Blog de Bilan.

Laissez vos employés gérer votre compte officiel sur Twitter

18/10/2013

Burson-Marsteller Digital Twitter Handle @BMdigitalToute personne qui gère un compte Twitter d’entreprise sait que, même avec la meilleure stratégie de contenu, c’est un travail qui prend beaucoup de temps et d’énergie pour produire des tweets quotidiens intéressants, attrayants et utiles pour vos abonnés.

Il y a six mois, nous avions décidé que c’était trop onéreux pour une seule personne de gérer le compte Twitter @BMdigital. Inspiré par le modèle de la curation-rotation introduite par le compte @Sweden, nous avons décidé de partager la tâche parmi tous les managers digitaux de Burson-Marsteller, dans nos 158 bureaux à travers le monde. Au cours du dernier semestre, l’administration du compte a voyagé chaque semaine de Hong Kong à Helsinki, de San Francisco à New Delhi et de Chicago à Santiago de Chile.

Chaque collègue a apporté son style individuel au flux Twitter officiel, en postant quotidiennement des nouvelles digitales mondiales et régionales. En plus, chacun a introduit une touche personnelle dont le compte faisait défaut auparavant.

Les résultats de notre test ont été plus que satisfaisants : le nombre d’abonnés a augmenté de 33% au cours des six derniers mois, contre 18% au semestre précédent. Le compte a la plus forte croissance parmi tous les comptes officiels de Burson-Marsteller.

Au vue des résultats, nous allons continuer cette curation-rotation de @BMdigital et nos abonnés peuvent s’attendre à des news quotidiens à travers le monde chaque semaine.

Qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêts à laisser votre compte Twitter officiel à vos employés? Ce sont probablement les meilleurs ambassadeurs de votre marque. Laissez votre avis dans les commentaires ci-dessous.

Papier initialement paru dans le Blog de Bilan, le 18 octobre 2013

Un cireur de chaussures veut faire briller l’image de @RioDeJaneiro

09/10/2013

ImageJavier Castaño est un graphiste espagnol qui a perdu son emploi en 2011 pendant la crise économique en Espagne. L’homme, âgé de 49 ans, s’est reconverti. Désormais il cire des chaussures devant la Café Central dans la vieille ville de Malaga. Mais Javier Castaño n’est pas un cireur comme les autres : il a son propre site web, sa page Facebook et un compte Twitter, où il partage parfois les photos des souliers les plus célèbres.

Au début de 2007, l’ancien concepteur de sites web a enregistré plusieurs comptes Twitter avec des noms de pays et de villes dont le @Canada@Japan@Madrid@Malaga@RioDeJaneiro et @Roma qui étaient alors libres. Puisque Twitter n’autorise pas la vente de comptes, il a tenté de céder ces profils à leurs propriétaires légitimes. Mais l’opération s’est avérée plus difficile que prévu.

En 2011 Javier Castaño a fait cadeau du compte @Madrid à la capitale espagnole, en juillet 2012, il a donné le compte Twitter de @Malaga aux autorités de sa ville, et en novembre 2012, il a cédé le @Canada au gouvernement canadien qui n’a pas encore décidé quoi faire avec le compte. Le transfert du compte @Japan au gouvernement japonais a été bloqué en raison des élections et le nouveau gouvernement à Tokyo ne semble pas être intéressé à récupérer le compte.

Depuis deux ans, Javier Castaño a essayé en vain de prendre contact sur Twitter avec la ville de Rome et le maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes.

Cercando di dare a questo account per la città di @roma contact w/ @xabel RT pls

— roma (@roma) September 14, 2011

Mais ses tweets sont restés sans réponse. Et pourtant, il suffit que les équipes digitales à Rome et à Rio suivent @Xabel, son compte personel, pour établir un contact direct et organiser le transfert des comptes de @RioDeJaneiro et de @Roma. La ville de Rio pourrait alors faire son début sur Twitter et la ville de Rome pourrait raccourcir son compte Twitter @RomaCapitaleTW et faire l’économie de dix caractères.

En quelques années, Twitter est devenu un outil de communication incontournable. A l’approche de la Coupe du monde de football de 2014 et des Jeux Olympiques de 2016, la ville de Rio de Janeiro fera certainement parler d’elle. Les autorités brésiliennes feraient alors bien de mettre la main sur leur profil Twitter pour faire partie des grandes capitales telles que @Paris et @Madrid qui ont pu récupérer leur vrai compte.

Pour plus d’informations sur le "marketing pays" sur Twitter, je vois conseille l’étude Twiplomacy.

Mise à jour le 11.10.2013

Suite à la parution d’un article dans La Stampa reprenant les informations de notre blog, le maire de Rome, @IgnazioMarino n’a pas tardé a accepter le cadeau de l’espagnol et le compte @Roma est désormais italien.

La communication interne sur Facebook

25/09/2013
tags:

Vos employés sont scotchés à Facebook durant leurs heures de travail? Vous ne pouvez pas lutter là-contre. En revanche, vous pouver mettre à profit cette addiction afin de développer la communication au sein de l’entreprise. En utilisant la fonction "Groupe privé" sur Facebook, vous pouvez canaliser l’enthousiasme numérique de vos collaborateurs et en faire des ambassadeurs de la compagnie.

 

Ainsi, mon ancien employeur Euronews a récemment célébré son vingtième anniversaire. Plusieurs centaines de personnes ont participé à la fête et de nombreuses photos ont été publiées sur leur profil Facebook. Quand j’ai voulu contacter certains amis, j’ai constaté qu’il n’y avait pas de groupe d’anciens collaborateurs.

 

Je me suis permis de créer le groupe des anciens, invitant tous mes ex-collègues avec qui je suis ami sur Facebook. En moins d’une heure, le groupe privé réunissait une centaine de personnes. Nous avons ensuite encouragé les membres à en recruter d’autres, si bien que le groupe compte aujourd’hui 340 membres et continue à grandir.

 

Le World Economic Forum de Davos a également créé un groupe d’anciens déjà fort de plus de 300 membres. La page Facebook comprend une mappemonde qui permet de retrouver des connaissances aux quatre coins du monde.

 

Mappemonde avec les anciens du World Economic Forum

Ainsi, vous gardez contact avec d’anciens employés qui sont en théorie les fans les plus dévoués de l’entreprise et contribuent à en donner une image positive. En outre, vous pouvez inciter le personnel à partager les photos et vidéos de la dernière fête du personnel dans un esèace privé plutôt que publiquement sur le réseau.

 

Toute mon équipe actuelle à travers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique est réunie dans un groupe Facebook d’une soixantaine de personnes. Nous échangeons des idées et des informations utiles de manière beaucoup plus efficace que par mail.

 

Bien sûr, nous sommes conscients des risques en matière de confidentialité. Car rien n’est secret sur le Net. Nous ne divulgons donc aucune information sur nos clients dans ce groupe.

 

Il est temps que les entreprises réalisent les opportunités qu’offre Facebook pour renforcer l’attachement des collaborateurs à leur employeur.

Billet initialement paru dans le Bilanblog le 25 septembre 2013

L’impact du message direct sur Twitter

23/09/2013

Image

Les twittos parmi vous ont probablement déjà reçu un message privé de l’une des personnes que vous suivez. Il est fort probable que ce fut un message spam à propos d’une prétendue photo dans laquelle vous apparaissez – ne cliquez surtout pas sur le lien  à moins de vouloir spammer tous vos abonnés! Pourtant, il arrive parfois que ce soit un message d’un ami ou d’un contact qui n’arrive pas à vous joindre par téléphone ou mail.

Une chose est sûre: il est difficile de passer à côté des messages privés sur Twitter. Ceux-ci nous touchent comme un texto et vont droit au but sur notre smartphone. Pour le moment, on en reçoit encore rarement et tant mieux car c’est tellement efficace. Il y a quelque temps, j’ai contacté un journaliste par Twitter pour lui demander de bien vouloir prendre connaissance du mail que je lui avais envoyé. Il m’a répondu en moins de cinq minutes.

Il y a quelques semaines, nous avons organisé une campagne de messages directs pour faire la promotion de notre rapport sur la Twiplomacy qui analyse comment les chefs d’Etats et de gouvernements utilisent Twitter. Puisque bon nombre d’entre eux nous suivent – plus d’une centaine au dernier comptage – je me suis dit que ce serait peut-être intéressant de leur envoyer l’étude sous embargo en signe de remerciement. Et comment les contacter ? Tout simplement par un message direct sur Twitter.

Une semaine avant le lancement, je leur ai envoyé un message direct en leur offrant l’étude sous embargo, s’ils voulaient bien m’envoyer leur adresse mail. Le résultat de cette campagne fut spectaculaire. J’ai ainsi reçu plus de 30% de réponses à mon mailing sur Twitter. Résultat: le jour du lancement du rapport, bon nombre de ces leaders avaient l’étude en main et en ont fait la promotion en se fendant d’un tweet. Comparé aux campagnes de mailing traditionnelles par mail, un tel taux de réponses est inespéré. Il n’est pas étonnant alors que Twitter limite l’envoi de ces messages directs à 250 par jour.

Réaction du Ministère Français des Affaires Etrangères à l'étude de @Twiplomacy

Depuis, nous avons réitéré l’opération pour quelques clients de notre agence avec toujours le même résultat de plus de 25% de réponses aux messages directs. Il y a quelque jours, j’ai reçu un message direct par Twitter du chef de cabinet d’un ministre me demandant de bien vouloir retweeter l’un de ses tweets. Comment aurai-je pu refuser ?

Le plus important dans une campagne de messages directs sur Twitter, c’est le contenu. Il faut faire particulièrement attention à ne pas spammer vous abonnés. Les messages publicitaires ne passeront pas et vous risquez de vous faire suspendre votre compte Twitter. Enfin, si vous envoyez un message direct sur Twitter, vérifiez que vous suivez la personne pour qu’elle puisse vous répondre par le même biais.

Billet publié dans le blog de Bilan le 11 septembre 2013

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.